Français

Article

EDITORIAL

La condition militaire, facteur de cohésion dans un environnement changeant 

La plupart des membres des organisations militaires  modernes ont la conviction d’être différents du reste
de la société. La culture très spécifique des forces armées, leur système de valeurs et leur position de relatif isolement au sein de la société les amènent en effet à se percevoir de manière distincte. Les missions des militaires accentuent l’impression d’une différence avec le reste de la communauté nationale. Le fait que les militaires soient éventuellement obligés d’ôter la vie ou de sacrifier la leur pour la réalisation des objectifs militaires et politiques qui leur sont fixés contribue au sentiment de faire partie d’une classe à part, éventuellement supérieure , par rapport à la population civile ; d’après M. Frédéric Coste dans «  Analyse du système de valeurs militaires et des caractères conservateurs des armées ».

Choisissant le métier des armes un peu comme on entre en religion, par vocation, acceptant en toute conscience le sacrifice suprême, investi du droit de donner la mort au nom des valeurs antiques- Patrie, Honneur, Courage, Devoir, Discipline qui constituent son credo ; le militaire se sent interpellé dans le même sens. Le paragraphe 2 de l’article 241 de la constitution du Burundi  est clair : «  Les corps de défense et de sécurité sont au service du peuple burundais. Ils doivent être un instrument de protection de tout le peuple burundais et tout le peuple doit se reconnaitre en eux ».

Des nombreuses études sociales ont montré que la particularité du métier militaire a pour corollaire la revendication de certaines valeurs : l’abnégation, parfois poussée jusqu’au sacrifice ultime, le courage, la ténacité, la solidarité, la générosité, la rigueur et le respect de la discipline et de la hiérarchie. Pour réussir leurs nobles missions, les membres de la Force de Défense Nationale  doivent intérioriser toutes ces valeurs et se passer de toute forme de sollicitation politicienne d’où qu’elle vienne. L’article 256 de la constitution parle de la neutralité des Corps de Défense et de Sécurité dont la FDN fait partie : «  Les Corps de défense et de sécurité sont organisés de manière à garantir l’unité en leur sein, la neutralité politique des membres ainsi que l’impartialité dans l’accomplissement de leurs missions ».

Le haut commandement de la FDN est aux côtés des militaires et anime des causeries morales à travers tout le pays dans les Régions Militaires. Après une période  qui a secoué notre pays et où la FDN n’a pas été épargnée, il s’agit d’une bonne occasion d’échanges  pour rappeler que la condition militaire est un facteur de la cohésion sociale dans le monde actuel qui change d’une façon spectaculaire en fonction de l’évolution des  Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication (NTIC). Tout militaire de la FDN doit être professionnel pour accomplir sa mission conformément aux textes réglementaires dans le contexte national, régional et international et dans un environnement changeant. Laissons la politique aux politiciens  mais protégeons l’armée, la nation, le peuple burundais et ses biens, cela nous honorera. 

A bon entendeur, salut.

 

Col. Baratuza, G.

Nous contacter  

MINISTERE DE LA DEFENSE NATIONALE ET DES ANCIENS COMBATTANTS
Address: Avenue Pierre NGENDANDUMWE
Tel: +(257) 22 225566
Fax: +(257) 22 253215
Email: contact@mdnac.bi
Site Web: http://www.mdnac.bi