Français

Article

La communication non violente « une nouvelle approche de Sécurité et de Défense »

Un atelier de formation sur le  concept « la problématique de la communication  en pays post conflits et les principes de la communication non violente, cette séance a été organisée par le programme Développement du Secteur de Sécurité  (DSS) à l’intention des hauts cadres du Ministère  de la Défense Nationale et de Anciens Combattants, du Ministère de la Sécurité Publique (MSP)et du Service Nationale de Renseignement (SNR).

La communication permet de partager les idées les plus brillantes et les plus plafonds .Elle est un outil important dans la gestion des Corps de Défense et de Sécurité  avec comme but ultime d’atteindre les objectif qu’ils se sont  assignés. C’est dans cette logique qu’une formation a été organisée à l’intention des représentants des officiers  de toutes les  régions militaires et Commissariats de la police. Cette formation avait comme objectif d’encourager l’établissement et le renforcement d’une communication continue et ouverte à l’intérieur comme  à l’extérieur des corps de Défense et de Sécurité. Innocent Nsabimana un des animateurs dans cette formation  a rappelé que le pays qui vient de sortir d’une crise qui a duré plus d’une décennie est à l’origine d’une méfiance entre les composantes de la société burundaise. Cette formation a été une occasion d’inviter les membres de la FDN, du MSP et du SNR de  voir ensemble comment une situation de méfiance pourrait être changée enune  situation de  confiance. Cet orateur dégageait certains défis qui nuisent   la communication dans les pays post conflits. L’absence de confiance de l’opinion publique à  l’Etat, détérioration des relations entre les citoyens et l’Etat, les attentes importantes des dividendes de la paix  et  d’un espace d’une communication publique inclusive. Il indique que la communication est une nouvelle approche de sécurité et de défense .Elle permet de rétablir la confiance entre les citoyens et les institutions étatiques et joue un rôle déterminant dans la stabilité durable pour les pays post- conflits. Selon cet ancien journaliste de la Radio et de la Télévision nationale, communiquer c’est « mettre en commun, échanger et partager les informations ou opinions ».

Au niveau des relations entre les Etats et les citoyens, la société civile et médias, la communication consiste à les relier, formant le cadre d’un dialogue national à travers lequel, une opinion publique bien informée  se construit très facilement. Dans cette formation, un autre module était relatif à la  communication non violente,   qui a été dispensée par le Professeur Sururu. Les pays qui sortent d’une crise présentent  différents paradoxes d’une part, il y a les missions qui sont entre autres le maintien de l’ordre public et la sauvegarde de l’intégrité territoriale, la lutte contre la délinquance, le banditisme, les infractions et les différentes formes d’incivilité. D’autre part, le Professeur Sururu  indique que dans les pays post conflits, il ya profération de la criminalité, les droits de l’homme sont bafoués alors qu’ils  devraient être respectés par tous les citoyens y compris les fautifs.

La  non-violence ne veut pas dire laisser faire mais elle recommande plutôt  d’être correcte .elle  ne désobéit pas à la loi et ne pose pas le principe de l’anarchie, plutôt  quelques soient les circonstances, les hommes naissent libres et égaux devant la loi. La communication non violente vise le maintien des relations bienveillantes

ce qui ne signifie pas la gentillesse ou le laisser faire .L’ homme devrait réfléchir sur  les conséquences de leurs propos sur la vie de l’autre et à nous tous pour qu’elle soit la meilleur possible. Cette communication doit être utilisée dans votre vie familiale,  dans les lieux de travail, dans les associations, en politiques, dans les églises etc.

Dans cette formation, les formateurs demandent  aux participants d’intégrer toutes ces principes de la communication non-violente dans leurs vies professionnelles et privées en fin d’être au service de la vie, d’être dans le vrai et être un fertilisant de la communauté.

 

                                                                                        Maj Nsabimana, F

Nous contacter  

MINISTERE DE LA DEFENSE NATIONALE ET DES ANCIENS COMBATTANTS
Address: Avenue Pierre NGENDANDUMWE
Tel: +(257) 22 225566
Fax: +(257) 22 253215
Email: contact@mdnac.bi
Site Web: http://www.mdnac.bi