Français

Article

La sécurité en dents de scie

Durant l’année 2014; la situation sécuritaire a été globalement bonne tant sur toute l’étendue du territoire nationale que sur nos frontières communes avec nos voisins a fait savoir le porte parole de la FDN.

Tout le monde est témoin quand     on parle de la sécurité dans notre     pays. Cela fait un temps que les Burundais ont déjà oublié le système de couvre feu ainsi que les barrières de 18h00 sur les axes routiers. Les personnes circulent librement jour et nuit sans être inquiétées, d’un quartier à l’autre et d’une province à l’autre. C’est le résultat des efforts conjugués de tout le peuple burundais qui collaborent effectivement avec les corps de Défense et de Sécurité, sans oublier l’administration qui a un rôle très important à jouer.


Le porte parole du MDNAC

 


A côté de tout cela, tout n’a pas été rose, au cours de cette année 2014, il ya des situations d’insécurité, qui heureusement ont été maîtrisées à temps sans faire des dégâts. Les plus fréquents étaient des vols à mains armées dans les ménages surtout pendant la nuit, des conflits fonciers aboutissant aux tueries, de la sorcellerie suivie par des lynchages de temps en temps, des embuscades sur des axes routiers tendues aux commerçants surtout dans la 1RM & 2RM.
Des tentatives d’incursions des malfaiteurs armés à partir de la RDC via la réserve naturelle de la Rukoko ont eu lieu. Leur mission était de piller la population de Gihanga avait des tirs de diversion en direction des positions militaires basés dans la réserve naturelle de Rukoko. Pour se camoufler, ces malfaiteurs se déguisaient souvent en bergers pour faire des reconnaissances sur nos positions afin de faire leur sale besogne sans risque majeur de tomber dans le filet de nos éléments. Suite à la bonne collaboration par des réunions et échange permanent du renseignement entre le commandant de la 1RM et le Commandant de la Région Est de la RDC, ces incursions ont presque cessé. L’élevage dans la réserve naturelle de Rukoko a été interdit pour bien contrôler mais aussi assurer la protection de l’environnement de cette réserve naturelle.

Au  Nord du pays, des corps sans vie ont été vus dans le Lac RWERU charriés par la rivière Akagera. Des enquêtes ont eu lieu pour en savoir la provenance, mais du côté rwandais que du côté burundais, il n’ya pas eu de consensus sur la provenance des ces cadavres. Pour des raisons d’hygiène, l’administration burundaise a procédé à l’enterrement des quatre cadavres repêchés dans le lac au cours du mois d’octobre 2014. L’Union africaine a déjà promis d’aider pour faire des investigations afin de pouvoir aider nos pays respectifs à trouver l’origine de ces cadavres.


Dans le lac Tanganyika, la sécurité s’est améliorée considérablement. Il ya une forte collaboration entre l’association des pêcheurs avec la marine burundaise ainsi que la synergie entre la marine congolaise et celle du Burundi. Ceci a about à la réduction considérable des vols qui étaient souvent opérés par des bandes en armes dans les eaux du lac Tanganyika. Il est à signaler que la marine burundaise a reçu du gouvernement américain, un don de 21 moteurs, permettant à nos éléments d’intervenir rapidement là où il s’avère nécessaire mais aussi la multiplication des patrouilles.


On ne peut pas parler de sécurité et oublier la situation qui a prévalu à l’interne où une psychose de peur panique  s’est propagée dans certaines communes de la Mairie de Bujumbura comme Kinindo, Ngagara, Musaga et Kanyosha et dans  les provinces Mwaro et Bujumbura comme Rusaka, Gisozi, Mugongo Manga et Mukike. On parlait des gens habillés en mentaux noirs avec des armes blanches. Des vols dans biens de ménage ainsi que le bétail étaient les plus visés. Avec la descente de l’administration et les gestionnaires de la sécurité au premier niveau, cette tension a vite été maîtrisée. Aujourd’hui, les yeux sont braqués sur les élections de 2015.
La Force de Défense Nationale continue à servir avec bravoure à l’échelle nationale et internationale. En mission de maintien de la paix en Somalie (AMISOM) où notre pays est le deuxième pays contributeur en troupes après l’Ouganda, nous comptons six bataillons qui viennent de conquérir le cinquième secteur renferment le port le plus important de Cadale ainsi que Jalalaxi qui étaient les fiefs stratégiques des insurgés al Shebaab lors des opérations offensives baptisées « Operation Eagle et Operation Indian Ocean ». En République Centrafricaine, le contingent burundais de 850 hommes et femmes a été apprécié par la communauté internationale et a été retenu dans son entièreté pour faire partie des casques bleus lors du transfert de la mission de l’UA (MISCA) à la force de l’ONU (MINUSCA). C’est la toute première fois que notre pays soit honoré en fournissant une importante force à l’ONU.

 

Col. Baratuza, G.

 


 

Nous contacter  

MINISTERE DE LA DEFENSE NATIONALE ET DES ANCIENS COMBATTANTS
Address: Avenue Pierre NGENDANDUMWE
Tel: +(257) 22 225566
Fax: +(257) 22 253215
Email: contact@mdnac.bi
Site Web: http://www.mdnac.bi