Français

Article

Le Burundi fête au 1er juillet 2014, le 52ième anniversaire de son Indépendance

EDITORIAL

Le Burundi fête au 1er juillet le 52ème anniversaire de son indépendance. Comme la plupart des pays africains, le Burundi a accédé à l’indépendance nationale dans la foulée du « Soleil des indépendances ». C’était le 1er juillet 1962. Dans le préambule de la Constitution de la République du Burundi de 2005, le peuple burundais a proclamé son attachement au respect des droits fondamentaux de la personne humaine tels qu’ils résultent  notamment de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme du 10 décembre 1948, des Pactes internationaux relatifs aux Droits de l’Homme et des peuples du 18 décembre 1966 et de la Charte africaine des droits de l’homme et des peuples du 18 juin 1981.

Il a aussi réaffirmé sa détermination à défendre la souveraineté et l’indépendance politique et économique du Burundi. Par ailleurs, l’article 1 de la Constitution de la République du Burundi stipule que « le Burundi est une République indépendante, souveraine, laïque et démocratique, unitaire et respectant sa diversité ethnique et religieuse. Un certain nombre de burundais se posent la question de savoir si le Burundi est réellement économiquement indépendant quand on sait que le budget annuel national dépend de l’appui extérieur à raison de 50 pourcent ? Aussi, le principe démocratique qui caractérise tout état indépendant est –il la séparation des pouvoirs, exécutif, législatif et judiciaire. Un proverbe chinois nous dit : « celui qui a faim ne choisit pas sa nourriture, celui qui a froid ne choisit pas ses habits, celui qui est  pressé ne choisit pas sa route, celui qui est pauvre ne choisit pas sa femme. Le peuple burundais célèbre son indépendance au moment où le pouvoir d’achat a sensiblement baissé, au moment où les élections de 2015 se préparent sur fond de chicanes et de divisions au sein de certains partis politiques comme l’UPRONA, le FNL et l’UPD. Mais ce qui est rassurant c’est que tous les partis politiques sont déterminés à aller  dans les élections et que le code électoral rassure tout le monde. Certes, il est vrai, selon Georges Bernard Show, « les révolutions n’ont jamais allégé le fardeau de la tyrannie, elles l’ont seulement transféré sur une autre épaule ». C’est pour cette raison que Wilson Mizner conseille aux gens en disant : «Soyez gentils quand tout va bien, ça peut vous être utile quand tout ira mal. » Sur le plan sécuritaire, le Burundais connait une paix relative avec tendance vers une paix positive.  Ceci veut dire qu’il est dans une situation où il y a absence de conflit ouvert qui tend vers une situation de paix durable après les élections transparentes, libres, démocratiques et apaisées. C’est un véritable défi pour toute la communauté nationale et internationale. Tout burundais devrait savoir que « le repentir est  le dernier profit que l’homme tire de sa faute ». C’est de cette manière que les burundais en général, les pouvoirs publics en particulier doivent être conscients de leurs responsabilités et de leurs devoirs devant l’histoire et les générations futures. N’est-ce pas que  le Prince Louis Rwagasore reste le modèle dans le passé, le présent et l’avenir du Burundi.

NIZIGAMA, S

Nous contacter  

MINISTERE DE LA DEFENSE NATIONALE ET DES ANCIENS COMBATTANTS
Address: Avenue Pierre NGENDANDUMWE
Tel: +(257) 22 225566
Fax: +(257) 22 253215
Email: contact@mdnac.bi
Site Web: http://www.mdnac.bi