Article

Privilégier les conseils et l'encadrement de proximité

Au site de l’Etat major du contingent burundais à Jowhar Air Field, une commission qui a animé des séances de sensibilisation sur le thème "la bonne conduite en mission à l’AMISOM"  a procédé à la restitution ce Lundi à l'intention des officiers se trouvant au site de JAF. Cette campagne de sensibilisation a été effectuée aux différents sites à savoir le site de Jowhar air Field, l'Académie, Maslah et détachement FHQs.

Le  Colonel Leonard Rubangara l'officier G1 du 9 eme contingent qui a représenté la commission pour la restitution a d'abord fait savoir que la commission est satisfaite de la participation et la contribution des militaires qui ont bénéficié cette campagne. Il a dit que la méthodologie utilisée consistait en premier lieu à faire une brève exposé à l'auditoire sur les trois instances de la personnalité par les psychologues, sur le moral et la spiritualité par les aumôniers, et sur les sanctions et/ou les peines en cas des infractions par les juristes. En deuxième lieu, le colonel Rubangara demandait à l'auditoire que chacun identifie et écrit au plus trois fautes et/ou infractions couramment commises par les militaires et de proposer sur chacune un remède approprié pour bannir à jamais ces fautes et infractions. Après le dépouillement et l'interprétation des résultats, le G1 a dit que le constant est que la plupart des infractions commises sont étroitement liées à certains articles du code pénal militaire (CPM). Pour cela, les sanctions y relatives sont inscrites dans ce code. Néanmoins, les militaires ont proposé que les sanctions ne doivent pas être placées en premier lieu, qu'il faut d'abord privilégier les conseils, le renforcement des séances de formation pour rappeler et renforcer les notions apprises avant le déploiement et le renforcement de l'encadrement de proximité des chefs envers leurs troupes. Ils ont ensuite demandé que les sanctions infligées aux récalcitrants soient portées à la connaissance des autres, ce qui pourrait contribuer à décourager les fautifs. Ce dernier point a fait objet de discussion  parmi les officiers qui avaient pris part à cette séance de restitution car les uns voyaient en cela une sorte d’atteinte à la morale de l'individu. Sur ce point, l'officier juriste le colonel Simbatinya a donné des éclaircissements concernant les contextes dans lesquels une mesure judiciaire envers un coupable est susceptible d'être portée à la connaissance du public. "De tout ce qu'on doit faire, on doit le faire dans le strict respect de la loi", a-t-il insisté. Des échanges et des témoignages ont été faits pour enrichir le document avant le rapport final qui contiendra les différentes propositions et suggestions au commandement afin de prendre des mesures y relatives.

Le Chef d'Etat major du 9 eme contingent qui avait rehaussé de sa présence cette séance de restitution a remercié la commission pour un travail bien accompli. Ila profité de l'occasion pour rappeler aux officiers que la responsabilité leur incombe en premier lieu pour redresser et maintenir sec la discipline de leurs troupes. Il leur à demandé de servir de bon modèle sur tout niveau hiérarchique car , dit-on," on donne ce qu'on a".

Vous saurez que cette commission était composée par le chef de service G1, le chef de service juridique et son adjoint, le chef de service Psychosocial appuyé par les psychologues des groupements ainsi que les aumôniers catholiques et protestants du 9 ème contingent.

                                                                                                                                                       Capt.Nkengurutse, M.

Nous contacter  

MINISTERE DE LA DEFENSE NATIONALE ET DES ANCIENS COMBATTANTS
Address: Avenue Pierre NGENDANDUMWE
Tel: +(257) 22 225566
Fax: +(257) 22 253215
Email: contact@mdnac.bi
Site Web: http://www.mdnac.bi