Article

Regard rétrospectif !

Les 13 et 21 octobre de chaque année au Burundi sont des journées nationales mémorables. Elles  correspondent aux commémorations des  assassinats du père et martyr de l’Indépendance le prince Louis Rwagasore et du héros et martyr de la démocratie Melchior Ndadaye.  Le prince Louis Rwagasore a été l’initiateur de la démocratie et par la suite de l’indépendance. En 1961, les burundais se sont présentés massivement pour voter leurs dirigeants. C’était une première depuis la création du Royaume du Burundi par Ntare Rushatsi. Cette expérience heureuse a été refaite pour la deuxième fois en 1993. La fierté de se choisir ses élus a été ainsi acquise et le Murundi a eu son mot à dire de comment,  et qui doit diriger la société qui l’héberge. Le  gouvernement du peuple par le peuple et pour le peuple était le cheval de bataille du Prince Louis Rwagasore qui sera plus tard prôné par  Melchior Ndadaye qui disait sans cesse que le peuple est le seul détenteur du pouvoir. Nul doute que ces martyrs ont combattu pour que le peuple burundais s’émancipe et devienne  responsable de sa destinée. Ces héros faisaient l’éloge de l’équité sociale et du juste gouvernement des burundais  indépendamment de leur étiquette ethnique. Ils affirmaient que  gouverner c’est semer la bonne graine et non la mauvaise ; ceci pour dire qu’un bon  leader est un bon semeur, un meneur infatigable au service de ceux qu’il représente. Nos héros ont donc payé leur sacrifice suprême pour que nous soyions où nous sommes actuellement chacun dans la position qu’il occupe. 
 
Ainsi donc, Rwagasore et Ndadaye ne sont pas morts ni pour leur ménage, ni pour leur propre famille ; mais ils sont morts pour tout le peuple burundais afin que celui-ci s’émancipe dans tous les domaines. Combien les avons-nous payés pour qu’ils se sacrifient pour nous ? Nos dirigeants (du gouvernement, du parlement, de l’armée, de la police, de la CENI et autres)  devraient suivre ce que ces illustres héros nous ont légué : du sacrifice pour le peuple burundais sans attendre de récompense en retour. C’est cela la fierté d’un bon leader. Ayons dans nos mémoire cet idée: les cultivateurs, éleveurs, commerçants, fonctionnaires, élèves, étudiants, chômeurs et autres, tous ceux qui n’ont pas eu la chance d’accéder aux postes politiques, administratives qu’on occupe actuellement,  nous regardent, nous observent, nous jugent et attendent beaucoup de nous. Ils attendent que nous leur montrions le bon exemple d’unité nationale, de travail, de ténacité, de courage, de méthode, de générosité et d’homme de valeur. En effet, nous devrions nous tous,  peuple burundais,  suivre l’exemple de Rwagasore et Ndadaye. Et suivre ces derniers, c’est être des décidés pour une cause noble et juste qu’est la contribution à l’évolution générale et harmonieuse du peuple burundais. Tout dirigeant doit servir le peuple burundais s’en jamais s’en lasser ; il doit servir avec le cœur, avec fierté de servir son peuple à sa satisfaction. Que du bonheur intérieur du devoir accompli !
 
 La Force de Défense Nationale a été le porte flambeau en honorant le Burundi aux yeux du monde à travers sa participation dans des opérations de maintien de la paix en Somalie, en Centrafrique et ailleurs. Et vous,  qu’êtes-vous entrain de faire pour que l’image du Burundi, votre mère patrie,  soit beaucoup plus visible, plus digne, et plus respectable ?  
 
Bientôt le Burundi va organiser des élections. Ici le peuple burundais ne devrait pas avoir peur des élections. En effet, les élections étant un moment légitime d’évaluer nos dirigeants, n’est ce pas un moment passionnant, agréable et réconfortant. Pour arriver à ce rendez-vous honorifique prévu pour l’année prochaine en toute sérénité, la jeunesse doit éviter les sollicitations politiciennes tendancieuses et prendre en mains sa destinée. Elle doit savoir qu’une jeunesse responsable est le ciment de la société ; une jeunesse irresponsable est comme un corps sans squelette, un arbre sans sève, bref une voiture sans moteur. Cette jeunesse doit savoir que c’est d’elle que sortira l’élite de demain ; une élite qui aura grand avenir au prix de l’effort quotidien, de la discipline individuelle, de l’intelligence créatrice et de la sueur de son propre front. Quant au décideur, et comme le disait si bien le père de l’indépendance, son rôle n’est pas d’imposer au peuple la façon de penser et de concevoir les  choses, mais un rôle plus facile, plus humble peut être, en tout cas plus audacieux, c’est à dire qui consiste à traduire en réalité, à exprimer la volonté, les désirs et les aspirations de ce peuple burundais. Enfin pour mieux célébrer et honorer les mémoires de nos illustres, nos dirigeants doivent militer pour une vie sociale honnête, humaine et juste pour tout le peuple burundais exempt de toute discrimination.  L’heure maintenant est au regard rétrospectif !
                                                                                         
 Maj. Sindayigaya, G.
 

Nous contacter  

MINISTERE DE LA DEFENSE NATIONALE ET DES ANCIENS COMBATTANTS
Address: Avenue Pierre NGENDANDUMWE
Tel: +(257) 22 225566
Fax: +(257) 22 253215
Email: contact@mdnac.bi
Site Web: http://www.mdnac.bi