Français

Article

Savoir bien confectionner un BOI, une nécessité pour les autorités militaires

"Nos militaires blessés en mission ont besoin d'être indemnisés de même que nos engins et matériels endommagés doivent d'être remboursés" telles sont les déclarations du Colonel  Rwintwari Alphonse, Chef d'Etat major 10ème Contingent Burundais de l'AMISOM. C'était au cours d'une séance de sensibilisation sur la confection des BOI (Board Of Inquiery) animée par le Col. Bizimana Aloys, officier juriste du 10ème Contingent Burundais le lundi 2 octobre 2017 à l'intention des officiers dudit contingent.

Dans  son mot introductif, le Chef d’Etat Major 10ème Contingent burundais de l’AMISOM, le Colonel Alphonse Rwintwari a indiqué que nos militaires blessés en mission de maintien de la paix  ont  besoin d'être indemnisés. Il en est de même, nos engins et matériels endommagés doivent être remboursés en cas d'incident ou accident. Mais c'est à partir des BOI bien confectionnés que l'on pourra bénéficier de ces indemnisations. « Force a été de constater, dit-il, la confection des BOI accuse un retard très remarquable, ce qui entraine en conséquence le retard dans l’indemnisation des victimes et des  engins et matériel » a martelé le Colonel Alphonse Rwintwari. « C’est suite à ce constat , que nous avons jugé bon d’organiser  à travers  le service G1, chargé de l’administration  et du personnel, cette séance de sensibilisation à l’endroit de tous les Officiers de l’Etat major et ceux en appui pour savoir le canevas à suivre dans la confection d’un BOI » a-t-il ajouté.

Le Colonel Bizimana Aloys, officier juriste  au sein du Contingent Burundais a d'abord précisé que la confection d'un BOI est un travail d'une commission d'enquête. Ce travail doit suivre une méthodologie appropriée que l'on trouve dans le SOP (Standars Operation Procedures). Il a été constaté que certains BOI ont été rejetés du fait qu’ils n'ont pas respecté cette méthodologie, notamment par le manque de certaines pièces ou le retard par rapport aux délais réglementaires. Ainsi à partir des lacunes constatées, il a développé la méthodologie à suivre au cours de laquelle il a montré les différents documents qui doivent être pris en compte dans l'évaluation des BOI, les types d'incidents ou accidents qui requièrent la confection d'un BOI, sa composition, les termes de références, les conclusions ainsi que les recommandations.

En guise de complément à cette présentation de l'officier juriste, le Capt Dr Irambona Séverin, G6 au sein du contingent Burundais, a lui aussi montré la responsabilité qui ressort du service de santé pour la complémentarité des documents dans la confection des BOI. Ainsi, il a montré de façon détaillée les compositions des documents exigés à savoir le rapport de l'incident, le noticas, le rapport médical initial, le rapport du conseil d'enquête(BOI) ainsi que le rapport médical final.

Selon les différentes interventions des participants, cette séance est d’une importance capitale et vient à point nommé car le constat est  que la plupart des participants  ne connaissait pas cette procédure.

Vous saurez que cette séance a regroupé les Officiers de l'Etat Major 10ème Contingent  burundais de l’AMISOM, ceux  en appui ainsi que les commandants groupement et détachements dudit contingent.

 

Lt.Habogorimana J.B

 

Nous contacter  

MINISTERE DE LA DEFENSE NATIONALE ET DES ANCIENS COMBATTANTS
Address: Avenue Pierre NGENDANDUMWE
Tel: +(257) 22 225566
Fax: +(257) 22 253215
Email: contact@mdnac.bi
Site Web: http://www.mdnac.bi