Français

Article

Vérité, pardon et justice

l ya trois éléments clés qui doivent être mis en exergue quand on pense à  la réconciliation d’une société qui a été frappée par  la violence. C’est dans le cadre des concepts de vérité, pardon et  justice que le pont menant de la violence à la paix peut être trouvé. Des  gens estiment qu’en trouvant un équilibre entre ces trois éléments, la réconciliation peut être promue, et que c’est la réconciliation qui fournit la pierre angulaire de la paix positive. La réconciliation est un processus aussi bien qu’un objectif. C’est la manière dont chaque société décide de réunir les concepts de vérité, pardon et justice à la suite d’une période de violence. Ce n’est pas quelque chose qui survient brusquement, ou simplement parce qu’une législation a été adaptée. La participation totale et active de la population affectée par la violence est essentielle pour le processus de réconciliation et d’instauration de la paix.

Là où les gens ont beaucoup souffert, le processus de les aider à s’entendre sur ce qui s’est passé peut être extrêmement difficile et demande donc une aide hautement qualifiée. Toutefois, cette aide n’est pas toujours disponible, ou alors elle est offerte seulement d’une manière culturellement inadéquate. Le processus qui est proposé ici doit être utilisé avec flexibilité et prudence là où il n’y a  pas  d’alternative et là où un remède urgent est nécessaire, peut être comme prélude à un processus plus profond et plus long.

Lorsque les souvenirs du passé remontent des émotions complexes et violentes, ils  peuvent bouillonner. Dans certaines cultures, les ainés ou les femmes en charge du rôle pour la réconciliation et le pardon parlent exprès aux personnes affectées de leur passé en  remuant délibérément dans leurs émotions.

Par exemple en Afghanistan, les femmes partagent la douleur avec les victimes pour la perte des leurs, mais en même temps leur demandent de pardonner les autres.

C’est qu’elles ont constaté que les gens sont libérés et prêts à voir les choses différemment lorsque leurs émotions ont  été  exprimées. Un autre exemple nous vient de l’Erythrée. Après la guerre d’indépendance, le gouvernement décréta un  mois de deuil pour permettre à chacun de surmonter la douleur consécutive à la perte des siens. Cependant l’abord de ce domaine est très dépendant de la culture et du contexte. Aussi à l’instar de la plupart des autres  domaines de travail liés au conflit, il n’est ni souhaitable ni possible de donner des recettes pour les  méthodes à utiliser. Aider le gens à se remettre des sévices du passé peut prendre la forme d’un soulagement traumatique ou de la réponse à d’autres effets de la guerre, ou alors cela pourrait impliquer l’organisation d’événements sociaux et culturels pour remplacer les sombres souvenirs du passé avec quelque chose de positif. Ainsi, comme élément de recueil des narrations des gens qui ont été victimes de la violation des droits humains, la commission sud Africaine de vérité et Réconciliation donna des conseils relatifs au traumatisme à des individus et des groupes pour mettre en place des forums  où ils pouvaient se rencontrer et discuter de leurs sentiments par rapport au passé. La récupération et le soulagement psychologique ne peuvent intervenir que lorsqu’on offre aux rescapés de la violence l’espace de se sentir écoutés et aux détails des événements traumatisants d’être revécus dans un environnement très bien sécurisé.Il ya  des moments où le soutien immédiat est nécessaire, en attendant que toute aide supplémentaire soit disponible. Et ce n’est possible que quand les besoins culturels et sociaux des personnes  concernées sont pris en compte et  sont dépendus de la disponibilité du soutien local. C’est parce que toutes  les situations de violence et de guerre sont uniques en leur genre, chacune avec ses propres complexités, que le voyage vers la réconciliation et la paix aussi doit être unique chacune avec ses propres complexités.

Généralement les concepts de vérité, pardon et justice sont compris de manière différente .C’est de la manière unique dont chaque société, ou chaque communauté, choisit de les interpréter et de les poursuivre que la réconciliation aura un sens et que la paix deviendra plus qu’une simple vision.

                                                                           

     Nizigama, S.

Nous contacter  

MINISTERE DE LA DEFENSE NATIONALE ET DES ANCIENS COMBATTANTS
Address: Avenue Pierre NGENDANDUMWE
Tel: +(257) 22 225566
Fax: +(257) 22 253215
Email: contact@mdnac.bi
Site Web: http://www.mdnac.bi