Français

Editorial

EDITORIAL

A qui profite la violence ?

 

Les manifestations qui sont en cours contre le nouveau mandat de l’actuel Chef de l’Etat prennent de plus en plus une ampleur violente. Que ça soit du côté des manifestants que celui des Corps de Défense et de Sécurité, on a déjà enregistré des victimes suite aux affrontements.

La Force de Défense Nationale a été réquisitionnée pour appuyer la Police dans la gestion de ces manifestations qui ont débuté le 26 avril 2015. Cette réquisition est conforme à la loi et s’opère dans un cadre bien défini selon les instructions du commandement tout en respectant les  Droits de l’Homme et le Droit International Humanitaire. Si on se réfère à  l’histoire du pays,  la violence  n’est jamais une solution d’où elle vienne. Les revendications devraient se faire sans violences et les forces de l’ordre  doivent agir conformément à la loi en vigueur du pays. Ce n’est pas la violence, mais le bien qui défait le mal. L’usage de la violence, sous quelle  forme qu’elle se manifeste n’apporte pas de solution aux problèmes  posés. part . La violence génère la violence. Ce que tu encaisses par la violence, une violence plus sauvage  te la fera perdre. Personne ne profite de la violence.

A tous les citoyens burundais, le  pays a besoin de vous et vous attend afin de prendre votre place et votre responsabilité  pour éviter la violence. Aux membres des Corps de Défense et de Sécurité, le Burundi a  besoin de vous en tant que corps  unis, plein de cohésion  pour faire face à toute forme de menace d’où elle vienne. Pour arriver à cela, les Corps de Défense et de Sécurité doivent  être unis et indivisible enfin de mieux protéger le pays,  la population et ses biens sans distinction aucune.

De plus, la cohésion et l’unité des membres de la Force de la Défense Nationale est l’une des conditions sine qua none pour réussir. A titre de rappel, ce  corps  de la Force de la Défense Nationale est issu de l’intégration des Ex -FAB et des Ex-PMPA qui est le fruit des accords d’Arusha. Une intégration qui a réussi en sont témoins les observateurs tant nationaux qu’internationaux. D’après les accords d’Arusha et la constitution de la République du Burundi en son article 257 alinéa 2 : «  Pendant une période à déterminer par le Sénat, les Corps de Défense et de Sécurité ne comptent plus de 50% des membres appartenant à un groupe ethnique particulier, compte tenu de la nécessité d’assurer l’équilibre ethnique et de prévenir les actes de génocide et les coups d’Etat. Des félicitations sont adressées aux militaires et plus particulièrement à leurs chefs  qui ont manifesté d’une façon considérable leur professionnalisme malgré plusieurs tentations et agressions à leur endroit.

Les politiciens burundais pourraient en tirer de  leçons de leurs compatriotes en uniformes, eux qui ne cessent de  redorer  l’image de leur  pays à travers les missions difficiles en dehors du pays et quelques fois nécessitant des sacrifices.

 

En définitif,  les burundais sont un peuple uni , lié par la même culture , la même histoire et la même langue , ils sont  obligés de vivre ensemble dans leur cher pays en paix et dans la sécurité, de le construire ensemble, de l’aimer  en mettant de côté des envies et des tendances partisanes , et prendre ensemble le bon chemin qui mène à la destinée nationale pour le bonheur de tous. C’est un devoir absolu que tout le peuple burundais  doit soutenir en ces moments particuliers où  le pays se prépare aux élections démocratiques, libres, transparentes et inclusives de 2015.

Maj NSABIMANA

Nous contacter  

MINISTERE DE LA DEFENSE NATIONALE ET DES ANCIENS COMBATTANTS
Address: Avenue Pierre NGENDANDUMWE
Tel: +(257) 22 225566
Fax: +(257) 22 253215
Email: contact@mdnac.bi
Site Web: http://www.mdnac.bi