Français

Editorial

Editorial

La sécurité de la conscience donne la sécurité du reste

La notion de sécurité est vaste. On entend parler de la sécurité physique, sécurité alimentaire, sécurité sanitaire, sécurité sociale, etc… Physiquement, la sécurité est l’état d’une situation présentant le minimum de risque, tandis que psychiquement, la sécurité se traduit comme état d’esprit d’une personne qui se sent tranquille et confiante. Pour tout individu ou groupe de personnes, c’est le sentiment d’être à l’abris de tout danger et risque.

Chacun peut se poser la question de savoir là où on est au Burundi par rapport à la situation actuelle. Personne n’ignore que depuis le 26 Avril 2015, notre pays connait une situation sécuritaire qui demande une attention particulière de la population burundaise mais aussi de la communauté internationale. Des manifestations ont eu lieu dans pas mal de quartiers de la Mairie de Bujumbura ainsi que dans certaines communes des provinces du pays, qui malheureusement se sont soldés par des victimes que ça soit du côté des manifestants que du côté des forces de l’ordre. Les gestionnaires au quotidien de la sécurité ont été appelés pour jouer leur rôle dans le but de calmer le jeu conformément à la loi.

La sécurité peut être définie comme étant une situation objective, reposant sur des conditions matérielles, économiques, politiques, qui entraîne l’absence de danger pour les personnes ou des menaces pour les biens et qui détermine la confiance.

En guise de rappel, la constitution du Burundi définit très clairement les droits et devoirs des membres des corps de défense et de sécurité à partir de l’article 240 à l’article 261. Les hommes et femmes en uniformes ont choisi l’option de jouer clairement la sécurité qui, d’après le psychanalyste français Boris Cyrulnik, «  Jouer la sécurité est le choix le plus risqué que l’on puisse faire ». Malgré cette citation, il ya des personnes qui sont dévouées à la Nation jusqu’au sacrifice extrême. Le poète et écrivain français, Victor Hugo (1802-1885) a orienté la notion de sécurité vers la conscience personnelle et chacun peut donner son point de vue par rapport à cette citation de l’auteur mentionné ci haut : « C’est une chose étrange à quel point la sécurité de la conscience donne la sécurité du reste ».

L’écrivain français De Pierre Gripari (1925- 1941) quant à lui rappelle ce que la plupart de gens a tendance d’oublier alors que c’est le destin final qui devrait être bien préparé en disant que : «   Le bonheur, s’il était possible, consisterait à jouir de tous les avantages de la mort : éternité, sécurité, invulnérabilité et cela de tout en restant vivant et conscient d’être en vie ». En évoquant la notion de sécurité et la mise en place des forces de défense et de sécurité, c’est pour garantir la paix et la sécurité de tout le monde.

En fin de compte, la notion de sécurité n’est pas l’affaire des hommes et femmes en uniformes seulement, c’est l’affaire de tout citoyen burundais comme c’est repris dans la constitution du Burundi dans l’articlec72 alinéa 2 et dans l’article 73 : « Tout citoyen a le devoir sacré de veiller et de participer à la défense de sa patrie » ; «  Tout individu a le droit de contribuer à la sauvegarde de la paix et de la démocratie et de la justice sociale.

Le pays en tant que Nation repose sur la cohésion de la Force de Défense Nationale, l’éthique et la déontologie militaires constituent la base fondamentale de notre leadership. Aux membres de la FDN, Soyez toujours le modèle par une discipline exemplaire, résistez à toute forme de manipulation ou de provocation, obéissez aux différents ordres donnés par vos supérieurs hiérarchiques, restez toujours unis et solidaires tout le temps ; tous ensemble, nous vaincrons !!! Le pays attend beaucoup de vous, de nous tous. Que chacun fasse sa part.

 

Col BARATUZA,G.

Nous contacter  

MINISTERE DE LA DEFENSE NATIONALE ET DES ANCIENS COMBATTANTS
Address: Avenue Pierre NGENDANDUMWE
Tel: +(257) 22 225566
Fax: +(257) 22 253215
Email: contact@mdnac.bi
Site Web: http://www.mdnac.bi